Histoire

Du Reboutement à L’Étiopathe

L’art de soigner remonte à la nuit des temps. Le toucher est à l’origine même de l’acte thérapeutique, il a été le premier geste instinctif et empirique exercé sur un être vivant pour éradiquer le mal.

Au début, chirurgies instrumentale et non-instrumentale sont liées, mais le temps amène leur séparation. Les Grecs et les Romains distinguent le médecin (celui qui soigne, de quelque manière que ce soit), et le chirurgien (ce terme s’applique d’abord à tous les métiers manuels). Déjà, le serment d’Hippocrate impose aux médecins de ne pas pratiquer la chirurgie : “Je ne pratiquerai pas l’opération de la taille, même sur ceux qui souffrent de la pierre; je la laisserai aux gens qui s’en occupent. »

Il en est de même au Moyen-Âge. L’apparition des premières écoles de médecine renforce cette division. L’art de manipuler est humiliant. Les médecins s’opposent aux chirurgiens non instrumentaux qui prennent alors le nom de barbier.  

Au sortir du Moyen-Âge, les chirurgiens développent par la dissection leur connaissance du corps humain. 

A la fin du XVII ième siècle la médecine condamne la chirurgie non-instrumentale à se perpétuer par tradition orale et à se réfugier dans les campagnes : on parle alors de rebouteux.

De génération en génération, les rebouteux n’ont cessé de transmettre leur savoir-faire pour réparer les accidents articulaires du dos et des membres, des troubles de la digestion ou de la circulation sanguine, tous ces maux qui “empoisonnent” notre vie quotidienne.

Ils ont exercé jusqu’à la deuxième moitié du XXe siècle et certains continuent encore de nos jours.

Christian Trédaniel fonde l’étiopathie en 1963. Cette méthode explique les gestes thérapeutiques des rebouteux.

Christian TREDANIEL, Le Fondateur de L’Étiopathie (1934-2011)

Son parcours médical personnel lui permit de rencontrer André de Sambucy, pionnier de la médecine manuelle en France, dont il devint l’assistant. Après quatre années passées à ses côtés, et deux à l’hôpital du Val-de-Grâce comme assistant du professeur Coirault, Christian Trédanielperfectionnera aux États-Unis sa connaissance des techniques manuelles, à l’époque (1958) plus avancées qu’en Europe.

Pour sa méthode il créera et déposera le terme « Étiopathie » en 1963. Il conceptualise le vivant comme un ensemble de systèmes en interaction et leur applique les règles de la cybernétique, ce qui lui permettra progressivement d’aboutir à une méthode de diagnostic révolutionnaire.

Remonter